Le sommet eG8 organisé par Nicolas Sarkozy se tient actuellement (24 et 25 mai). Au cours de ce sommet notre président va tenter de convaincre les dirigeants de tous pays de se ranger à sa vision d’un « internet civilisé ». Le but de cette manœuvre est de permettre à ces dirigeants de prendre le contrôle d’internet, de le surveiller, de le verrouiller.

C’est déjà ce qui est en train de se produire par de multiples actions plus ou moins isolées (coupure d’internet en Égypte lors de la révolution, saisie de noms de domaine par le gouvernement Américain, surveillance des échanges sur internet dans plusieurs pays d’Europe…) mais la concertation de ces mêmes dirigeants pour une actions commune serait catastrophique pour l’avenir d’internet.

Il faut ici souligner qu’internet est devenu bien plus qu’un simple moyen de communication et d’échange de données : au delà de la liberté d’expression qu’il procure, c’est aujourd’hui un véritable vecteur de création, d’échange, d’information, et même de réalisation de la démocratie, au vu des événements récents dans le monde arabe. C’est pourquoi le fait de vouloir cadenasser internet est tout simplement intolérable.

Un certain nombre d’acteurs du Net tirent aujourd’hui la sonnette d’alarme, via Twitter et sur le site g8internet.com : La Quadrature du Net, Free Art and Technology, Free Culture Forum, Institute of Network Cultures, Telecomix, Chaos Computer Club, Boingboing, Mediapart, et Shocklee.

Psilo soutient cette initiative, et encourage tous les internautes à prendre conscience de l’enjeu de ce mouvement, à relayer l’information, et à prendre part à la rébellion. A suivre.

Publicités